La vérité ou bien je me mens ?

Quand se dissipent doucement ces saisissantes histoires que le personnage se raconte, qu’il aime interpréter et disséquer. Il se saisit de tout ce qu’il voit et entend, en s’imaginant que tout cela est vérité.
Tous les enseignements qu’il trouve sur son chemin il les capture en pensant qu’elles lui apporteront une certaine paix et un doux bonheur. Mais ce ne sont que des saisies d’informations qu’il glane au travers de l’expérience même. En croyant cela comme une réalité fondée, il tient tout comme acquis. Alors perdu dans sa recherche il continue de tourner en rond jusqu’à ce qu’il trébuche sur un lourd caillou à se faire mal. Frappé par la douleur intense de souffrance, il est envahi d’une sensation de se réveiller d’un long sommeil ou il découvre que tout cela n’est que le divertissement de la conscience présente en Soi depuis l’éternité.
 

Dès lors le chercheur s’arrête de marcher parce qu’il n’y a pas de route, ni point de chemin, juste la fin d’un film qu’il s’est projeté pour se distraire.

Il découvre alors qu’il est la paix et le bonheur, mais aussi la recherche et tout ce qu’il a vécu. Il voulait s’extraire d’un endroit qui n’existe pas puisqu’il est celui là même qui déguste à chaque instant à ce monde qu’il Est.

 Que tout est la Vie même au sein de tout en Un et le tout  en Un au sein de la Vie même.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.