Personnel/impersonnel pas de séparation

C’était un jour ou une forme de grippe/sinusite s’est invitée dans le corps. Elle avait pris place avec d’autres symptômes comme la toux, le rhume et  la fièvre, se posant pour un temps qui semblait indéfini. Le corps n’arrivait plus à savoir comment combattre ce fléau parce que dix jours après et malgré des traitements,  le nez suintait, la toux arrachait les poumons, la tête traversée par des douleurs continuaient de persister. Toute la sphère ORL était encombrée. J’avais l’impression que ma tête était prise dans un étau bien épais qui embrumait tout mon esprit.

Je voyais comment les premiers jours j’essaye de sortir de cette situation suffocante,  J’avais observé ces mécanismes de volonté d’échapper au calvaire et de rejet de cette situation qui maintenait la lutte.

Pourtant dans ce chaos, il y avait cette paix que je pouvais toucher au plus profond de moi, ce paisible état d’abandon. Le corps pouvait passer de la douleur à un état de douceur d’un instant à l’autre. Il n‘y a plus cette sensation de mourir, ni de peur. Elles avaient disparu, ne restait qu’un fond de tristesse qui remontait parfois au gré de la quinte de toux. Il y avait ce ras-le-bol de la situation tout de même, de la colère qui venait pointer son nez parfois.  Mais que faire quand vous réalisez qu’accepter et accueillir n’avaient même plus de sens à ce moment-là. Etre juste là avec ce qui Est. Pourtant dans cette présence le fléau semblait se maintenir. Pourquoi ? Je ne savais pas. Je ne savais plus rien. Tout était flou… 

J’avais tenté de prendre un traitement naturel, il semblerait que cette visiteuse avait un but précis celui de dévoiler encore plus ce que Je Suis.

Au bout de sept jours de calvaire j’ai finalement pris un RV médical. C’était un de ces soirs ou la quinte de toux avait repris et le nez coulait à flots sans arrêt. Dans une discussion avec une amie, elle me dit « fait confiance en ton corps et sa capacité à se guérir ». J’étais à bout cela faisait une semaine que je ne sortais plus, ne faisait rien à part m’allonger sur le canapé entre fièvre et moment de répit. Cette phrase ne résonnait même plus.  Faire confiance à quoi? Même la confiance n’avait plus de sens dans ce qui se ressentait intérieurement. La prise de ce RV n’était pas générée par une peur, c’était juste un élan, peut être liée une faiblesse de mon humanité qui était au bout de ce satané état. Oui je venais de découvrir la fragilité, l’impuissance et la faiblesse dans cette humanité que je Suis. J’écoutais cette plainte intérieure le corps fatigué. Il semblait lutter mais je ne compris pas son message trop flou encore. Il lutte contre quoi? Je ne sais pas…Je ne le saurai peut être jamais, cela n’a pas d’importance.

Les mots de cette amie ne me semblaient plus approprier « fait confiance en ton corps il sait se régénère, ressent ton centre en toi et non en extérieur juste là les clés sont là dès maintenant et sans médoc qui complique tout en mon sens ». Les blabla spirituels, encore plein de croyance. J’en ai eu ma dose. Cela en résonnait plus. Tout cela n’avait plus de sens pour moi. 

Etrangement à ce moment seul comptait cette décision de me soigner sans culpabilité c’était même une paisible décision.

Cela avait le mérite de réaliser que j’étais tout : le médecin, la maladie, le traitement, l’extérieur et rien ne me séparait de ce que je Suis. L’extérieur c’est juste moi. Même si j’avais déjà réalisé ce tout, il semblerait que je touchais là une nouvelle étape de la réalisation. Alors je pouvais prendre ce traitement parce qu’il est la conscience que je Suis. Et peu importe même cela, je pense que nous pouvons nous aider de ce qui exister ici-bas sans mettre de jugement dessus, ni culpabiliser. Les traitements ont aussi leur raison d’Etre.

Cette sacrée grippe/sinusite est venue me donner une belle leçon sur le Un. Je suis le Un. Rien n’est séparé ce qui se passe dans ce monde. En prenant un traitement, c’est moi la conscience que je prends. En allant voir un médecin, c’est moi que je rencontrais au travers ce celui-ci.

Continuer à rejeter tout ce qui vient de l’extérieur c’est encore un jugement de séparation parce que l’extérieur est une continuité de moi.
Prendre ou pas un traitement ne devient plus un choix mais une évidence dans l’instant. Guérir sans traitement est aussi une possibilité que celui de prendre un traitement allopathique ou naturel pour traiter le mal.

Ce qui nous fait mal n’est pas le traitement en lui-même mais bien toutes les croyances construites autour. Il y a eu cette information qui m’est parvenue dans ce chahut. Les médicaments vont s’arrêter et la médecine quantique prendra sa place. Oui ! Mais en attendant c’est encore le traitement allopathique qui domine! 

Alors que j’étais allongée les yeux fermés mon esprit vagabondait dans ces quelques pensées qui revenaient et il y a eu cette étrange sensation de toucher ce Moi personnel, réalisant qu’il était moi la conscience. Je ne saurais expliquer ce un retour vers ce Moi personnel que j’avais aperçu voilà bien des mois comme n’étant pas lui. Etrange!!! 

L’impersonnel  en amont de tout est en train de fusionner avec le personnel que je Suis. 

En fait je réalise maintenant que Je ne Suis pas ce Moi mais que je Suis aussi ce Moi. Je ne sais pas si c’est clair . C’est comme Etre Tout et rien à la fois. Tout ce paradoxe de la Vie. J’ai écrit quelque part dans ce blog des articles sur « Je ne Suis pas ce personnage ». Si avant je ne l’étais plus le temps de découvrir l’impersonnel, maintenant je le suis aussi. Comme caché jusqu’à présent il a fini par reprendre sa place qui a toujours été sienne. Il s’est juste allégé de l’histoire qui polluait un quotidien. Nous ne pouvons nous affranchir de ce Moi personnel il est celui qui nous permet l’expérience ici-bas.

Est-ce que c’est cela fusionner avec cet extérieur, ou bien prendre conscience que je n’en ai jamais été vraiment séparé? Peu importe le point de vision, une chose est claire, je ne suis séparée de rien.  Tout est la question!!!!

Lorsque l’état a commencé enfin à se calmer je me suis trouvée entre-deux états comme souvent, j’avais à la fois la sensation d’Etre en pleine forme et à la fois d’être prise dans cette grippe/sinusite. Comme un oscillent entre les deux qui me montre que les deux états existent simultanément dans le même point. 

Merci à cette expérience qui m’avoir permis de redécouvrir encore plus cette humanité, sa force et sa faiblesse que Je Suis.

Ce que je peux dire c’est que quand le Moi personnel disparait dans l’Etat impersonnel, c’est la première étape de la réalisation, mais l’étape suivante est celui ou le Moi personnel revient prendre toute sa place parce que nous ne pouvons vivre sans lui dans notre humanité. Il fait partie intégrante de la conscience Je Suis.

2 commentaires sur “Personnel/impersonnel pas de séparation”

  1. oui, oui, oui!
    je vis aussi cette sorte de « réintégration » de la personne, avec des ressurgissements de pensées et de modes de fonctionnement que je n’avais plus eus depuis des années. L’Impersonnel et le personnel / l’Eternel et l’éphémère, se rejoignent et fusionnent ensemble.
    Mais c’est l’Eternel qui investit le corps et « prend les commandes » tandis que le mental se dissout bon gré mal gré, quelquefois dans une grande facilité et rapidité, quelquefois en piquant une crise pendant quelques heures (pas grave…). Mais il n’est pas question de chercher à s’en débarrasser, il n’y a rien à rejeter, juste être lucide et laisser les choses se « remettre à l’endroit ».

    Vos écrits sont très clairs , simples et humbles. Merci de ce partage.
    Avec Amour

    1. Merci Catherine pour votre message. Je suis ravie que les articles soient bien perçus. J’ai laissé parler mon coeur tout le long du partage.
      On a juste à dire ok à chaque expérience sans rien vouloir changer de ce qui s’impose à nous à chaque instant.
      Bel et doux moment présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.