Libre est celui qui se rencontre

Revenir dans le monde après un isolement en dehors du monde est un enchantement. C’est nouveau et incomparable. Mais est-ce qu’on a été vraiment en dehors ? Non ! puisque Nous sommes ce monde et il est toujours là en nous. Il s’efface le temps d’une traversée, d’un vécu, juste un petit retrait le temps de prendre le contact direct avec ce que Nous Sommes. Ici, la vie s’est juste offert une disette de compagnie, pour se retrouver seule face à Elle-même. Comment pouvons-nous croire que ce qui nous arrive est la pire des expériences alors que c’est juste la plus belle des révélations ? Elle nous montre qu’elle se cache en toute chose même derrière l’illusion. 

Elle s’est vraiment fait un trip mais ô combien flippant ! 

La solitude que l’on peut voir comme une punition, n’est autre qu’un salut, un grand rendez-vous avec l’émerveillement, le débusquage de l’amour qui git et vibre depuis toujours à l’intérieur de nos cellules. Cet amour qui nous envahit est inestimable et inégalable à toutes les expériences passées. Il est sans condition, sans attente, sans jugement, il est libre de s’exprimer, libre de se propager à l’infini.


Oui souffrir cela fait mal ! Cela met à terre ! Cela remue ! Cela secoue ! Cela ferme toute perspective ! mais pour la bonne et simple raison que nous ne voyons plus rien derrière ces lorgnettes chargées de notre histoire assombrissant la vision. On dit bien après la pluie vient le beau temps. Ce n’est pas qu’une citation, elle est le reflet du chemin ici-bas. Les mouvements qui nous habitent, que nous refusons juste pour ne vivre que les bons cotés de l’histoire rejetant les mauvais. C’est cela qui occasionne les perturbations. Nous avons besoin de passer par la secousse pour y rencontrer la tranquillité, cette paix derrière tout ce magma de tourments.

Laisser partir toutes ces idées sur l’éveil, sur la réalisation, sur la guérison, sur le travail sur Soi, sur la réussite, elles ne font que vous maintenir hors de cette force tranquille que vous êtes déjà, seul le plongeon dans le marasme de ce qui arrive peut déverrouiller ce qui a de plus beau en vous. Vous n’avez qu’à revenir à cet instant pour vous en rendre compte.

Plonger dans ces certitudes pour rencontrer l’évidence que tout ce joue ici dans l’incertitude.

Laisser toute cette romance que vous souhaitez tellement atteindre et sombrer dans les larmes du désespoir. Laisser le bonheur que vous attendiez tant, finir de s’échouer dans les abysses des flots de larmes, sur un devenir fantôme qui ne poindra jamais son nez.

Nous avons tellement cru en une vérité qui n’est autre que du mensonge, et c’est ce mensonge qui nous révélera pourtant la vérité, ce grand mystère qui ne peut être débusqué. La vérité n’existe que dans ce qui se vit là devant nos yeux, la seule réalité qui Soit. Le reste n’est qu’une échappatoire qui nous fait miroiter l’espoir d’un bonheur qui ne verra jamais le jour. 

Nous ne pouvons atteindre ce qui est déjà là présentement en nous-même. C’est déjà là vivant dans chacune de nos cellules. Il nous attend juste enfoui dans notre profondeur. Ces secousses sont là pour nous y mener. Tout ce que nous recherchons depuis fort longtemps est là dans cet espace à attendre que nous le rencontrions. Un espace qui n’est pas à atteindre puisqu’il est déjà présent.

Comment expliquer cet état qui vient toucher ces instants où tout semble harmonieux, paisible libre de toute entrave, libre de toute peur. Rien ne peut ébranler cette posture qui invite au contentement et à la plénitude.

Aimer ce qui Est prend tout son sens maintenant. Aimer ceux qui vous ont blessés, ceux qui vous ont piétinés, ceux qui vous ont abandonnés, ceux qui vous ont jugés, mais surtout aimer tout ce qui apparaît dans votre vie. Ce n’est qu’ici dans ce breuvage d’amour que tout prend corps.

Lorsqu’une expérience disparaît petit à petit de la mémoire, apparaître alors le monde dans lequel tout existe, le champ de conscience unifié. Ici tout se déroule conforme au programme de la Vie, tout peut prendre forme, tout peut exister sans retenue, sans rejet, sans jugement. Tout peut jaillir tranquillement sans plus rien nier, ni réfuter. Tout est une extension de ce que Nous sommes.

Libre celui qui se rencontre enfin !!.

1 commentaire sur “Libre est celui qui se rencontre”

  1. Coucou Samia, alors heureuse Grand mere😉 Elle est vraiment toute belle avec les étoiles bien présentes autour d’elle. Merci pour ce texte, qui valide complètement le passage dans le quel je suis. Là suis dans un down, avec sans jugement de ces moments exempts de toute motivation, comme assise dans un canapé sans avoir à dire où faire quoique ce soit, je sais que c’est un passage, je me sens très loin de la volonté de voir le monde extérieur. Ginger est le lien de l’instant et des partages, un peu comme un rappel de la petite lumière et le temps qui passe. Ses dents tombent, son sourire à l’énorme trou de devant, tout passe si vite ! Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.