S’oublier dans le vécu de l’instant

J’ai un peu de mal à écrire en ce moment. Je pense avoir tout dit dans ce blog sur l’Eveil. A part jouir de la vie, il n’y a rien à faire d’autre quand il n’y a plus de questionnement. Que transmettre de plus puisque tout est déjà là en chacun. Vous avez tout en vous pour vous révéler puisqu’il n’existe rien d’autre que Vous dans votre propre monde. Juste vivre chaque événement ansi que l’état d’être en plongeant dedans au lieu de l’éviter. C’est la que l’alchimie s’opèrera.

Je sais que cela n’est pas simple pour l’avoir vécu, mais tout se révèle à Soi quand c’est le moment quelque soit ce que vous faites, travail sur Soi ou pas.

Vous êtes la conscience impersonnelle dans votre propre expérience d’humain divin. Il n’y a pas d’autre personne qu’elle en chacun dans l’incarnation personnelle. C’est cette conscience que nous sommes tous. Elle est comparable à l’océan, et chacun de nous en est la goutte d’eau qui s’en extrait le temps d’une expérience terrestre. Tout est imbriqué l’un dans l’autre dans la trame universelle.

Les expériences que chacun traverse permettent la grande révelation du Soi. 

Dans cette simplicité qu’est pourtant la vie, la seule clé qui peut être à retenir c’est l’accueil de ce qui est là à chaque instant. Rentrer dans le mouvement de ce qui se déroule ici dans ce seul moment qui existe, le seul à demeurer parce qu’il n’y a rien d’autre en dehors de cela. Une fois que vous avez réalisé cela le reste n’est que du blabla de trop qui ne fait que remplir l’espace du silence. 

Ces derniers mois j’ai pu expérimenter ces instants ou quand le focus est là avec ce qui Est présent dans l’exploration du monde en extérieur, quand on est en immersion totale et occupée avec les taches du quotidien, tout semble s’oublier comme absorbé pris dans déroulement du film. On redevient étonnamment inconscient et vibrant que jamais. 

Dans un voyage fait dernièrement à l’étranger, j’ai pu me rendre compte comment dans ce flux de la vie de l’instant tout se déroule de façon si simple, si fluide et si léger lorsqu’on se laisse aller. Quand un pépin se présente, la solution arrive spontanément avant même de la cherchez. 

J’ai déjà écrit qu’en étant dans cet état de présence permanente, le déroulement de son existence ne change pas, elle continue d’évoluer avec quelques fois des petits tracas. C’est notre capacité à les accueillir qui fait que la souffrance disparaît parce qu’il n’y a plus d’accroche à l’image ou au vécu passé. La résistance ne peut subsister lorsque tout est embrassé et aimé.

Vivre simplement sans volonté d’être ailleurs que dans ce quotidien débarrassé de tout ce qui entrave le bon déroulement de la vie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.